17 déc. 2014

SOTOW

Je reviens de brûler une connaissance au Mont Valérien. Quoi de neuf, docteur ? La roue de la vie !
Son neveu, qui est aussi mon filleul, m'a dit apprécier le blues du Delta que ce blogue évoque parfois. Alors ne sachant comment clore cette triste journée, et peu disponible aujourd'hui pour la grande exportation, je lui envoie Howlin' Wolf (1910-1976-Clic!) pour se changer les idées.

Howlin' Wolf c'est du massif. De la vie en bloc ! Son truc, le blues béton. C'est aussi un harmoniciste élevé par Sonny Boy Williamson II qui avait épousé une de ses soeurs, et qui traîna ses grolles (taille 53) dans tout le Mississippi avec de sacrées pointures comme Son House, Robert Johnson, Willie Lee Brown et j'en oublie. Avec Howlin' Wolf le stage paraît bas de plafond.

Voici le classique Sitting On Top Of World que j'ai trouvé en live. Le saxo rasta est sous l'emprise de substances inscrites au tableau B, et ces mecs sucent beaucoup de glace, mais la performance vaut son pesant de cacahuettes (c'est le pays). Des paroles qui ne correspondent jamais à la prestation car l'impro est la règle, sont en dessous, pour ceux qui veulent s'essayer sous la douche à fond.


One summer day, she went away
She's gone off and left me,
Now she gone to stay
My Baby's gone but I can't worry about that, now
Cuz' I'm sittin' on top of the world

Worked all the summer, yeah, and I worked all the fall
Had to take Christmas, wearing my ole' dirty overalls
But now she gone and I ain't gonna worry now
Cuz I'm Sittin' on top of the world

I'm going down to the freight yard, y'all
Gonna catch me a frieght train
Lord, I'm goin' to leave this town
Cuz' Things, things have got too hard
But now she gone and I don't worry about that
Cuz' I'm Sittin' on top of the world

[Courtoisie MetroLyrics]

Viendra après eux la génération qui revendra le coton que les vieux ont cueilli et la musique de synthèse. Mais on retiendra le niveau exceptionnel du Delta Blues canal historique, porté par des artistes complets, jaillis des chorales baptistes, encombrés d'une nature ingrate et dénués d'éducation.
Ils boufferont tous la cagnotte au jeu ou au ménage, les femmes ayant depuis longtemps inventé le recyclage des déchets. Rien ne se perd. Tout se glane. On se quitte sur un Shake it babe ! dans le plus pur style caf'conc.



Bonus pour une journée grise et pluvieuse : Sky is Crying !


The sky is crying,
Can you see the tears roll down the street.
The sky is crying,
Can you see the tears roll down the street.
I've been looking for my baby
And I've been wondering where can she be

I my baby early one morning
She was walking on down the street
I my baby early one morning
She was walking on down the street
You know it hurt me, hurt me so bad
It made my poor heart skip a beat

I got a real, real fine feeling
That my baby she don't love me no more
I got a real, real fine feeling
That my baby she don't love me no more
You know the sky's been crying
Can see you see the tears roll down my door

(©LetsSingIt)


2 commentaires:

  1. l'ermite du gave10/01/2015 23:29

    Sacrebleu, j'ai failli passer à côté!!
    L'opus n°2 est tout à fait remarquable.

    RépondreSupprimer
  2. merci pour la dédicace!

    RépondreSupprimer

Archives steppiques