8 janv. 2017

Je suis le roi d'Espagne


J'ai eu la fève et suis le roi, la couronne et les bises ! Vive le Roi ! Yo, el Rey ! Demain matin, au premier jour de mon règne, je déclarerai l'indépendance de mon lopin et la lettre partira aussitôt à la préfecture. J'approvisionne la poudre noire même par temps de pluie, les barils de morue salée, la choucroute, le bœuf séché, les topinambours, le nuoc-mâm et les boulettes d'opium, tout ce qui conviendra à un tour du monde à la voile sans sortir de chez moi. Et j'ai creusé un puits là où la baguette avait repéré déjà une veine d'eau !

Qui n'a pas rêvé un jour de sortir de cette République ? De sa coercition morale, ses factures obligatoires, ses taxes inutiles pour soi-même, son vacarme, la putasserie de La Casta et son impopularité populiste ? Il faut de la terre arable capable de soutenir une polyculture, un petit capital donc, de l'eau propre à l'année, un tempérament de bosseur partagé par une femme sérieuse et quelques revenus d'exploitation pour "importer" ce qu'on ne fabrique pas et le sel.
Un bisaëul à moi vivait ainsi en famille dans les Cévennes ; son beau-frère, tout pareil à trois kilomètres de chez lui ; et finalement toute la montagne était tenue par des "familles seules" que rien ni personne, sauf la crue du torrent d'en bas, n'aurait pu déloger.

Malheureusement tout ça vous est interdit. Je ne parle pas de prendre votre indépendance, mais de l'autarcie volontaire. La gendarmerie veille, surveille, remonte au fisc, qui remonte à la Mutualité sociale agricole voire au bout du bout, à la Chambre d'agriculture qui vous déclarera fantôme non immatriculable et vous deviendrez le marginal douteux, le suspect tout trouvé. Maman, Maman, le zombie de la Clède me regarde ! Et l'EDF, avez-vous songé à l'EDF ?

Alors si tout est impossible, savourons notre indépendance jusqu'à minuit ce soir quand le carrosse redeviendra citrouille :


Je suis le roi d'Espagne
J'aime les filles aux yeux noirs
Là-haut sur la montagne
Nous irons danser le soir
Tous les soirs-oir digue diguedon-on
Digue diguedon tous les soirs nous dansons !
............................................
............................................

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques